André Lemalt en Aveyron : découverte des bières aveyronnaises

André Lemalt dans l’Aveyron : la Brasserie d’Olt et la ferme brasserie la Caussenarde

Cet été, notre explorateur du terroir a visité l’Aveyron. Comme vous vous en doutez, il en a bien sûr profité pour déguster quelques bières aveyronnaises (les bières de la Brasserie d’Olt et celles de la ferme brasserie la Caussenarde) sur lesquelles il vous donne son avis.

Entre balades dans les Causses et baignades en rivières, en passant par la visite de sites chargés d’histoire (comme la Couvertoirade par exemple), André en a profité pour découvrir deux brasseries : la Brasserie d’Olt, créée en 1998 et située dans la vallée du Lot, sur les contreforts du plateau de l’Aubrac, et la Ferme Brasserie la Caussenarde, créée en 2008 et située sur les contreforts du plateau du Larzac.

capsule-brasserie-olt-550x550

La Brasserie d’Olt utilise l’eau des Boraldes ainsi que d’autres sources provenant des monts d’Aubrac. Elle propose une gamme avec des « Bières vivantes » qui se scinde en une partie plus classique (blonde, blanche et ambrée) et une autre avec des produits présentés comme craft beers. André vous livre ici ses impressions.

 

Brasserie d’Olt

La blonde, bière de l’Aubrac

5,8%, 33cl

La blonde, bière de l’Aubrac

La blonde de la Brasserie d’Olt est une bière à la mousse peu abondante et peu persistante. Sa robe est blonde et légèrement dorée. Le nez est frais avec des notes de foin, d’herbes et de légères notes d’agrumes (citron). On relève aussi de petites notes métalliques. En bouche, c’est une bière désaltérante, peu sucrée et moyennement bulleuse. Elle est peu amère avec un malt s’exprimant légèrement. Bière légère et désaltérante, au goût d’André, elle est « bonne mais sans plus ».

La blanche, bière de l’Aubrac

4,5%, 33 cl

La blanche, bière de l’Aubrac

La blanche de l’Aubrac a une mousse blanche, abondante et persistante. Sa robe est d’un blond pâle, plutôt trouble. Le nez, assez réussi, est bien caractéristique d’une bière blanche. S’y entremêlent des notes de froment et d’agrumes (citron). En bouche, l’acidité est assez prononcée. La bière est finement pétillante avec de légères notes épicées (d’abord de gingembre puis de réglisse lorsque la bière s’est bien aérée). Agréable par grande chaleur, cette bière blanche est une blanche classique et toutes les caractéristiques d’une bière blanche sont présentes ! Néanmoins, au goût d’André, elle est un peu trop citronnée au nez et trop acide en bouche.

L’ambrée, bière de l’Aubrac

33 cl, 5%

L’ambrée, bière de l’Aubrac

Sa mousse est peu abondante et persistante. La robe est bien cuivrée. Le nez est très malté avec une forte dominante de sucre et de caramel. En bouche, elle est plate et manque de matière. L’amertume est très légère. André a été très déçu par cette bière ambrée. Le bouquet très malté est particulièrement écœurant. Néanmoins, en bouche, elle n’est pas trop sucrée, ce qui contraste avec le nez et rattrape quelque peu le coup.

25 EBC American Ale

33 cl, 5,5%

25 EBC American Ale

E.B.C (European Brewery Convention) est l’unité de mesure utilisée par les brasseurs pour définir la coloration du malt et de la bière. L’inspiration de cette bière « vient des Etats-Unis dans l’esprit des American Ales. L’utilisation de l’eau des boraldes de l’Aubrac, de malts torréfiés, de trois houblons américains et d’une souche de levure originaire de Washington D.C. confèrent à cette bière son goût unique » (lien). André a été fort intrigué par ce métissage alléchant entre États-Unis et Aubrac. La mousse est blanche, légèrement beige et plutôt abondante et persistante. La robe est bien ambrée, avec des reflets rouges. Le nez est très malté et assez plat, bien loin des suggestions alléchantes de l’étiquette ! En bouche, on retrouve un houblon assez affirmé, qui garantit une amertume correcte construite sur des notes résineuses. Au final, c’est une bière musclée sur l’étiquette mais assez décevante dans le verre. En bouche elle est tout à fait correcte mais André a trouvé que le nez, trop malté, était assez écœurant.

Mandala IPA

33 cl, 6,2%

Mandala IPA

Mousse persistante d’un blanc cassé, tirant sur le beige. La robe est blonde et foncée, avec des teintes légèrement orangées. Le nez est agrumé et rappelle assez agréablement les écorces d’orange. Le malt s’exprime en arrière-plan avec de légères notes de miel. Le nez est puissant, expressif mais assez écœurant. En bouche, la bière est d’abord légèrement acide, puis apparaissent des notes agrumées et une finale légèrement sucrée avec des notes de caramel et d’abricot. Elle est peu amère ce qui contraste avec la promesse de l’étiquette (une « IPA “home made” »). Le gaz retombe vite ce qui en fait une bière assez plate. En dégustant cette Mandala IPA, André a eu du mal à reconnaître clairement une IPA. Si le nez est un tantinet plus houblonné que sa consœur la 25 EBC, l’amertume n’est pas assez présente en bouche pour en faire une IPA.

Sabètz que lèu

33 cl, 7%

Sabètz que lèu

Bière blonde brassée par infusion avec houblonnage à chaud et à froid suivi d’une double fermentation, la Sabètz que lèu est la bière forte de la gamme. La mousse est blanche, peu abondante et persistante, Son nez est assez peu expressif, avec de très légères notes de miel et de plantes. En bouche, elle tire plutôt sur l’amer avec des notes rappelant un peu la résine de pin. Cette bière n’est pas trop sucrée et l’alcool ne s’y fait pas dominant (malgré les 7°). Au final, cette bière est assez surprenante, très agréable et surtout beaucoup moins maltée au nez que les autres bières de la gamme. Même si son nez gagnerait à être un peu plus développé, il s’agit assurément de la bonne surprise de la gamme proposée par cette brasserie. André a aimé !

« Enfants, lorsque nous étions trop turbulents, mon grand-père avait pour coutume de lever son béret et annonçait d’une voix forte « Sabètz que lèu ! ». Cette menace jamais mise en exécution signifiait littéralement : « Y en a une qui se lève… » sous-entendu : « qui va tomber ». Elle demeure l’esprit de cette bière artisanale occitane à la teneur en alcool élevée. Mesfisa-te ! » (source)

Ferme brasserie la Caussenarde

Avec la ferme brasserie la Caussenarde, on change d’univers. Cette brasserie est plus jeune, plus artisanale et aussi plus militante ! Située au Mas Andral, sur la commune de Saint Beaulize, dans l’Aveyron sur les contreforts du plateau du Larzac, quatre associés élèvent des brebis laitières, des brebis viandes et proposent une gamme de bières artisanales originales.

Caussenarde blonde

33 cl, 5,5%

Caussenarde blonde

La Caussenarde blonde a la robe d’un blond bien trouble. La mousse est blanche, peu abondante et persistante. Le nez est très agréable, floral, avec de légères notes d’épices et de foin. Lorsque la bière s’aère et monte en température, le houblon révèle de légères notes de fruits exotiques, d’agrumes et de cassonade. Elle a une bonne rondeur en bouche avec de la matière. L’amertume est bien équilibrée avec le sucre. On retrouve les notes herbacées que l’on avait au nez. Au final on peut dire que c’est une excellente « bière fermière » avec du caractère. Cette bière du terroir réserve des surprises tout au long de la dégustation, à découvrir !

Caussenarde ambrée

33 cl, 6,5%

Caussenarde ambrée

La Caussenarde ambrée présente une robe bien ambrée, tirant sur le roux. La mousse tire sur le beige, est persistante et peu abondante. Au nez, les notes rappellent le fruit cuit (coing, pomme, rhubarbe), le caramel et la cassonade. En bouche, elle est peu bulleuse, bien maltée avec du corps. Le houblon se fait sentir avec une amertume moyenne ainsi que quelques notes fraîches et herbacées.

Caussenarde seiglée

33 cl, 6%

Caussenarde seiglée

La Caussenarde seiglée est une bière blonde, à la robe bien trouble et assez foncée (probablement liée à la présence du seigle). Sa mousse est blanche, aérienne abondante et persistante. Le nez est dominé par des notes de houblon aromatiques autour des fruits exotiques et des agrumes, puis apparaissent quelques notes de céréales mais aussi d’alcool. En bouche, l’amertume est plutôt légère et les céréales (orge 60%, seigle 40% et un peu d’avoine) apportent de la rondeur.

Caussenarde avoinée

33 cl, 6%

Caussenarde avoinée

La Caussenarde avoinée a une mousse blanche, tirant sur le beige et persistante. La robe est trouble, bien ambrée avec des tons orangés. Le nez est assez puissant, dominé par le houblon, puis des notes de cassonade et enfin de fruits mûrs (coing, poire). Des notes éthérées se développent lorsque la bière est bien aérée. En bouche, c’est une bière bien houblonnée avec de la matière. Elle est assez puissante avec une amertume persistante.

Caussenarde blanche

33 cl, 5%

Caussenarde blanche

La Caussenarde blanche est la bière la plus désaltérante de la gamme ! Elle a une mousse blanche, peu abondante mais persistante en dentelle. La robe est d’un blond clair et trouble. Le nez, légèrement houblonné avec une petite note d’agrumes et de gingembre, laisse la place aux céréales. C’est une bière plutôt sèche en bouche avec une amertume plutôt douce et de très légères notes herbacées.

Avis général :

André a été plutôt déçu par les bières de la brasserie d’Olt vis à vis de ce qui est annoncé : « bières vivante de l’Aubrac ». Très maltées, ces bières sont souvent assez sucrées, ce qui les rend assez écœurantes. En outre, le prix est relativement élevé. En revanche, les bières de la Caussenarde sont plus artisanales, avec des surprises olfactives, de la matière en bouche et des saveurs plus conformes à ce que l’on peut attendre d’authentiques « bières fermières ». On a clairement affaire à des produits du terroir originaux qui lors de la dégustation dévoilent toute une palette de saveurs et d’arômes. Même s’il n’a pas pu déguster toute la gamme (notamment la brune, la triple et la Stout), André a apprécié ce qu’il a goûté et recommande !

André donne donc la priorité à la dégustation de la Caussenarde même si certaines bières de la brasserie d’Olt ne sont pas à renier (la blonde, la blanche ou encore la Sabètz que lèu notamment). Avis aux explorateurs du terroir en herbe, partez à la découverte des bières de l’Aveyron et visitez les magnifiques sites templiers de la région !

Commenter